Une nouvelle économie pour occuper tous les territoires ruraux?

Le troc fût la première activité économique sur Terre et il n’a jamais cessé d’exister, prenant plus ou moins de place selon les périodes (absence d’unité monétaire, crises, guerres, etc.).

La crise de 2008 semble lui avoir donné un regain de vie, c’est ce que révèle l’article de Gabrielle Duchaine paru dans la Presse.ca intitulé : « Le troc a la cote ».

Lire la suite

Publicités

Des ressources à ne pas négliger…

Que l’on soit en période de rareté ou non, et peu importe le secteur d’activité, le dynamisme de toute organisation passe par des bonnes pratiques de gestion des ressources humaines.

La conférence de Didier Dubois, intitulée « Opération grande séduction  » et organisée par le CAMO, devrait vous permettre d’améliorer vos pratiques d’attraction et de fidélisation.

Un rendez-vous le jeudi 22 novembre 2012 de 7 h 30 à 10 h 30 à la salle Guy-Veilleux de Cookshire-Eaton.

Opération grande séduction

Se diversifier ou se spécialiser ?

Un territoire rural est-il assez grand pour se diversifier ? Ne devrait-il pas plutôt se spécialiser afin de concentrer toutes ses énergies à la même place ?

D’un autre côté, n’y a-t-il pas un danger à se spécialiser ?  Si la spécialité finit par avoir moins d’opportunités d’affaires, c’est toute l’économie qui s’effondre.

Au fond, la question est de savoir si l’on doit, ou non, mettre tous ses oeufs dans le même panier ?  À cela je réponds : tout dépend du nombre d’oeufs et de la taille du panier.

Lire la suite

Le magasin général est de retour !

Ça pousse comme des champignons partout dans le Québec rural !

Le magasin général revient en force dans nos rangs sous la forme d’entreprises collectives (coopératives de solidarité ou autres formes).

Qui l’eût cru ? Après, la perte des magasins généraux au profit des commerces spécialisés, la population se réapproprie ses services de proximité en recréant, de toutes pièces, les magasins généraux d’autrefois.

La recette apparaît simple:

  • trouver un local bien situé
  • se mobiliser collectivement en s’investissant physiquement et financièrement
  • offrir plusieurs services sous un même toit: épicerie, bureau de poste, essence, café internet, etc.
  • solliciter plusieurs aides financières (notamment auprès des programmes publics)
  • acheter localement

C’est l’exemple de la Coopérative de solidarité Notre-Dame-de-Ham (Bois-Francs) qui vient de voir le jour.

Et, selon l’article de l’Éclaireur-Progrès « Les épiceries peuvent-elles survivre dans les petites municipalités ?« , il y a effectivement une place pour ces petits commerces.