Un simple manque d’humanité

Mardi dernier (le 18 octobre), j’assistais à une consultation publique de 400 personnes sur les grands enjeux de la société québécoise.  Cette rencontre était organisée par le mouvement «Faut qu’on se parle» qui a entamé une tournée québécoise depuis le 11 octobre sur le thème : «Malgré son immense potentiel, le Québec a de la difficulté à avancer. Pour que ça change, faut qu’on se parle».

Ce thème se compose de 10 enjeux principaux : démocratie, économie, régions, éducation, diversité, premiers peuples, culture, santé, climat et indépendance.

En résumé, cette tournée vise à recueillir des solutions aux questions soulevées par ces 10 enjeux.

Je dois avouer que c’est très beau de voir 400 personnes qui ne se connaissent pas, de tous âges et d’horizons variés, discuter autour d’enjeux de société.

Autour d’une table, un facteur, une acuponctrice, un étudiant en ingénierie, une mère de cinq enfants (dont deux autistes), une employée d’un organisme communautaire, un technicien en électronique engagé politiquement, un employé d’une entreprise informatique et un foreur-dynamiteur qui travaille dans l’alimentation ont discuté de leurs idées pour améliorer les politiques québécoises.

Les organisateurs ont recueillis 803 solutions lors de cette seule soirée et seulement autour de 3 des 10 enjeux : la démocratie, l’éducation et le climat (enjeux les plus populaires auprès de 400 participants).  Il est certain qu’on ne manque pas d’idées de réforme (solutions) !

Cependant, je me suis rendu compte que les solutions proposées étaient le plus souvent intuitives et manquaient de réflexion ou de discussions plus approfondies.  Par exemple, une solution à l’enjeu climatique a été de favoriser la décroissance économique.  Comme l’a souligné Gabriel Nadeau Dubois (l’un des quatre conférenciers-animateurs), la croissance économique n’est pas la seule responsable de l’enjeu climatique. Ne faut-il pas regarder plutôt la façon dont on fait cette croissance économique ?  Il cite alors l’exemple suivant : si le Québec lance une politique visant à rendre toutes les maisons québécoises écoénergétiques, cela va créer beaucoup de richesse dans le secteur de la construction tout en diminuant notre consommation d’énergie qui pourra être utilisée dans un réseau de transport en commun électrique.

Proposer des solutions sur plusieurs enjeux de société c’est bien, mais une analyse transversale du véritable malaise de notre société serait mieux afin de faire progresser le Québec.

Arrivé au Québec au début des années ’90, je peux vous assurer que je vois une grosse différence dans l’attitude des gens. Durant ces 25 dernières années, notre société a progressivement subi la pression de ce que nous avons appelé «la mondialisation» et cela à provoqué un mal-être incroyable auprès de toutes et de tous.

Les Québécoises et les Québécois ne se reconnaissent pas dans cette mouvance planétaire.

Cette nouvelle ère a mis au centre des préoccupations : la gestion, l’efficacité, l’argent, le temps, la technique, la surconsommation, ….

A priori, je n’ai rien contre ces dimensions, mais au lieu de les utiliser au profit de l’humain, c’est l’inverse qui se produit.  L’humain est au service de ces dimensions et de quelques humains qui ont su pleinement en profiter au détriment des autres.

Si on prend le temps d’analyser toutes les solutions proposées, on va s’apercevoir qu’une seule question doit être posée pour faire progresser le Québec :

Comment remettre l’humain au cœur des préoccupations socio-économiques et sanitaires quotidiennes et futures du Québec ? 

J’ose espérer que la démarche globale et intégrée, entreprise dans le Haut-Saint-François depuis 2014, saura répondre à cette question puisqu’elle vise essentiellement l’amélioration de la qualité de vie des populations de notre territoire.

Publicités

3 réflexions sur “Un simple manque d’humanité

  1. Comment remettre l’humain au cœur des préoccupations socio-économiques et sanitaires quotidiennes et futures du Québec ? C’est la base de tout ! Tout simplement ! Et la coopération sert cette cause d’humaniser les relations interpersonnelles et ça vous fait de l’économie une réalité, une vraie de vraie tournée vers les gens sans distinction

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s