Le cri du cœur d’un élu : aux armes citoyens!

Je suis très content aujourd’hui de laisser les mots à un élu du Haut-Saint-François : Claude Sévigny.

Ce conseiller municipal de Chartierville, la 2e plus petite communauté de notre territoire avec 279 âmes, est aussi ébéniste, sculpteur et poète.

Ci-dessous, je fais un copier-coller de son dernier texte intitulé : « Aux armes citoyens !».

« On discute fréquemment du rôle des élus mais qu’en est-il des citoyens?

On assiste à un basculage des responsabilités de la province vers les municipalités et ceci de manière marquée depuis le début des années 90.

Aujourd’hui, les services sociaux sont soutenus de plus en plus par la charité. La gestion primaire échoue dans les mains des conseils municipaux et ceux-ci, qui souffrent souvent d’incompétence, rencontrent des défis, des obligations hautement au-dessus de leurs capacités à répondre à l’essentiel et, en plus, ces responsabilités doivent se gérer dans un mode presque bénévole.

Pas étonnant que les petits conseils de région soient parfois animés par des néo-résidants; des gens instruits ou forts d’une expérience acquise en ville. Mais la relève est faible, les élus submergés par l’immensité de la tâche abandonnent souvent leurs actions citoyennes.

Ce qui explique que les meilleurs intervenants pour le développement demeurent les citoyens : absence de calcul politique, solidarité des individus, ils peuvent assurer un succès aux intentions de développement. Mais encore, il faut qu’ils se forgent une carapace, une absolue volonté à faire avancer les choses, car dans chaque hameau il faut compter les négatifs, les neutres et les actifs; souvent bénévoles ou intervenants.

Faisons abstraction des obstacles, des réalités terre à terre et posons la question pour le citoyen : êtes-vous aptes à réunir des mentalités différentes, à stimuler la réalisation des rêves les plus fous ?

La réalité est parfois déprimante, mais non sans espoir. À tous ceux qui prétendent qu’il n’y a rien à faire, je leur dis qu’il faut persévérer, que la ténacité et la volonté ne doivent jamais quitter notre esprit.

Par contre, à chaque jour, on pense tout laisser tomber, mais il y a toujours cette petite flamme gardée en veille par des simplicités de la vie; que ce soit des rencontres, des projets, un verre d’alcool ou juste la caresse d’un rayon de soleil au printemps. Il y a tellement de raisons de garder la vie dans tous les aspects. Il n’y a qu’un seul malheur qui s’impose et nous l’affronterons tous un jour.

Comment se donner comme mission de stimuler l’entraide, de réunir des forces vives quand nous-mêmes, sommes en constante remise en question sur notre empreinte dans la communauté ?

Sommes-nous contraints à sacrifier notre temps pour éliminer la bêtise, les préjugés et l’isolement collectif ?  On aimerait tant que tous deviennent amis pour bâtir le bonheur.

Les techniques d’unisson sont-elles puériles, incongrues ou simplement impossibles ? Faut-il être un individu d’exception pour rassembler des citoyens autour d’un cercle décisionnel, être l’arbitre dans la furie des opinions ?

La situation idéale n’existe pas, mais la petite flamme doit trouver son énergie dans la réussite parfois modeste d’un projet, d’une philosophie commune qui assurera une pérennité dans l’action tant économique que sociale ».

===================================

Je profite de ce texte, qui met de l’avant plusieurs défis du développement des communautés rurales, pour faire un lien vers le site « Mobilisons local ».  Ce site présente des idées citoyennes permettant d’améliorer la qualité de vie des communautés (ou quartiers) de Montréal. Ces idées sont soumises à des votes permettant de récolter des appuis, des commentaires ou des fonds pour la réalisation des idées présentées.  Ce processus de mobilisation et certaines idées présentées sur ce site peuvent inspirer nos communautés rurales.

Publicités

2 réflexions sur “Le cri du cœur d’un élu : aux armes citoyens!

  1. Salut Gerry
    le mot de monsieur Sévigny me rejoint beaucoup qu’elle belle lucidité. Le leadership peut aussi être partagé par plusieurs individus et les plus brillants ne sont pas seulement les élus non plus… Ça me fait du bien aussi de voir que d’autres voit ça autrement dans le fond moi je fais ma petite part avec les concerts de la gare pour animer le milieux, si tout le monde ferais ça petite part en lien avec ses compétences et qu’on s’appréciaient pour nos différences et on met ça ensemble imagine comment le milieux s’en porterais mieux…
    Marc Reid

  2. Un magnifique texte comme celui-ci permettra sans doute à plusieurs « petites flammes restées en veille » de briller encore longtemps au sein de notre communauté et d’allumer au passage d’autres petites flammes. Merci Jerry!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s