Le Haut-Saint-François vers un meilleur avenir

Chaque année, l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) présente son rapport régional.  L’occasion de voir si nos actions de développement portent enfin leurs fruits.

Bien sûr, les données présentées par l’ISQ sont globales.  Elles ne tiennent pas compte des différentes situations territoriales. Par exemple, nous savons que les municipalités du Haut-Saint-François situées proches de Sherbrooke ont connu une bonne croissance démographique depuis les trois dernières années, ce qui n’est pas le cas pour les municipalités éloignées de Sherbrooke qui ont connu une situation diamétralement opposée. On sait aussi qu’il y a des différences notables entre les MRC estriennes.  Par exemple, les données concernant les revenus et la croissance démographique sont régulièrement supérieures pour les MRC de Sherbrooke et de Memphrémagog.

Ainsi, il faut savoir analyser et interpréter ces données statistiques dites quantitatives. En effet, elles ne représentent que des indices afin de nous porter à réfléchir, de nous projeter dans l’avenir et de nous permettre de mieux comprendre pour mieux agir.  De ce fait, il est essentiel de compléter ces données quantitatives par les expériences (connaissances et actions) des acteurs du développement (élus, citoyens et professionnels).  Ces expériences sont autant de données qualitatives c’est-à-dire des faits réels expliquant ou susceptibles de créer certaines situations socioéconomiques.

Si l’on aspire à faire du développement territorial, il est indispensable de tenir compte de ces deux types de données (quantitatives et qualitatives).

Voici quelques faits saillants de ce rapport annuel de l’ISQ. D’autres données quantitatives sont disponibles notamment sur le transport, les permis de bâtir, la culture, l’éducation, la santé, etc.

LUMIÈRES ROUGES (données défavorables pour le HSF)

1Le taux d’accroissement démographique annuel moyen 2011-2013 est de – 1,8 / 1 000 dans le HSF, alors qu’il est de 7.5 / 1 000 en Estrie et de 9,1 / 1 000 au Québec.

2L’âge médian est de 45,2 ans dans le HSF, supérieur à l’âge médian de l’Estrie (43.4 ans) et du Québec (41.6 ans).

3Le taux de faible revenu de l’ensemble des familles est supérieur dans le HSF (8,9%) à celui de l’Estrie (8%) et du Québec (8,8%).

4– Pour 2010-2011, le revenu médian annuel avant impôt pour l’ensemble des familles du HSF ( 56 030$) est inférieur à celui de l’Estrie (62 640$) et du Québec (68 170$).

5– En 2011, le taux de travailleurs 25 – 64 ans du HSF (70,2%) était inférieur à celui de l’Estrie (73,5%) et du Québec (75,7%).

6– En 2011, le revenu annuel disponible des ménages par habitant du HSF (20 746$) est inférieur à celui de l’Estrie (23 404$) et du Québec (25 783$).

LUMIÈRES VERTES (données favorables pour le HSF)

1– La proportion des jeunes de 0-19 ans est plus élevé dans le HSF (22%) qu’en Estrie (20.9%) et qu’au Québec (21.1%).

2– La proportion d’aînés de + de 65 ans est inférieure dans le HSF (17.7%) comparativement à l’Estrie (18.7%), mais supérieure au Québec (16.6%).

3– Entre 2007 et 2011, le HSF a réduit de façon importante son taux de faible revenu pour l’ensemble de ses familles (-2,7 points) alors que cet écart est de – 1,1 point en Estrie et de – 1,2 point pour l’ensemble du Québec.

4La variation 2010-2011 du revenu médian annuel avant impôt pour l’ensemble des familles du HSF (+ 1,2%) est supérieure à la variation enregistrée pour cette donnée en Estrie (+ 0.7%) et au Québec (+ 0,4%).

5Les variations du revenu annuel disponible des ménages par habitant du HSF autant entre 2008-2012 (3,4%) que 2011-2012 (3,8%) sont supérieures à celles de l’Estrie (2,1% et 2,8%) et du Québec (1,9% et 2,2%).

 =========================

Une très rapide analyse des données de l’ISQ démontrent que notre territoire suit la conjoncture au même rythme que les autres territoires estriens occupant sensiblement toujours le même rang depuis au moins les années 90.

Par contre, on remarque que les valeurs relatives (variations) de plusieurs données quantitatives progressent plus vites que celles des autres territoires et que la proportion de jeunes «0 – 19 ans» est supérieure à la moyenne estrienne et québécoise.

Du côté des données qualitatives, lors de l’évènement Regards vers le Haut du 20 septembre 2014, nous avons vu que les municipalités étaient mobilisées et prêtes à affronter leurs défis avec une jeunesse issue de la Cité-École qui s’implique de plus en plus dans le développement territorial. Nous savons aussi qu’une gouvernance participative de l’ensemble des acteurs se met en place à travers une démarche globale et intégrée afin de mener des actions cohérentes et en toute cohésion.

En conclusion : une bonne évolution des données quantitatives relatives, un potentiel jeunesse quantitatif et qualitatif grandissant ainsi qu’une mobilisation globale structurée devraient permettre au territoire du Haut-Saint-François de connaître une nette progression de ses performances socioéconomiques dans les 10 prochaines années.   

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s