Des ingrédients afin de réussir une démarche collective de planification territoriale

Pour faire suite aux deux derniers articles, j’ai le goût de vous partager une toute récente étude réalisée dans le Témiscamingue par la Chaire de recherche Desjardins en développement des petites collectivités et intitulée : «Le comité de diversification des municipalités de l’Est Témiscamien : étude d’une démarche collective de planification et de développement territorial » (E.Audet et P.Leblanc, décembre 2014, 36 pages).

Cette étude a «pour but d’analyser une démarche collective de planification et de développement (…) en mettant en lumière les processus et les mécanismes collectifs à l’oeuvre dans la redynamisation» d’un territoire.

Dans un précédent article, nous avions parlé du projet de la Contrée en montagnes dans Bellechasse  qui réunissait quatre municipalités dites «dévitalisées» afin de créer des synergies intermunicipales capables de relancer une économie territoriale chancelante.  En se créant en 2006, le comité de diversification des municipalités de l’Est Témiscamien poursuivait ces mêmes objectifs.

Bien sûr, les résultats du comité Témiscamien ne sont pas encore parfaits, mais les processus et les mécanismes mis en place démontrent que les acteurs ont réussi à bâtir une fondation solide reposant sur une synergie capable de dynamiser une économie territoriale largement affaiblie.

Voici quelques témoignages extraits de cette étude et dans lesquels on peut voir les ingrédients indispensables à la construction d’une communauté dynamique à l’origine des économies territoriales fortes.

Tout d’abord, une communauté dynamique est basée sur la confiance (les individus ont confiance en eux et la communauté a confiance en elle).

Le gros du travail pendant les deux premières années a été de développer la confiance entre les gens. Ils ne se parlaient pas. (…) Quand tu travailles en développement il faut que tu favorises l’autonomie du milieu.

Il est ensuite important de faire participer tous les acteurs afin de les rendre autonome.

Ce n’est pas évident pour les gens de participer. On est plus habitué à regarder le train qu’à pousser le train ou embarquer dedans.

Mais il est tout aussi important de bien comprendre tous les enjeux  du dynamisme territorial.

Conscientiser davantage les maires aux problématiques existantes, à l’importance d’assurer une relève fière et confiante et au désir de la population de prendre en charge son développement.

En conclusion, ces défis du développement collectif (démarche globale et intégrée) sont relativisés par les avantages issus du processus lui-même :

Disparition de l’esprit de clocher

Développement d’une culture de solidarité et de participation

Renforcement des collaborations face aux défis conjoncturels

Collaboration naturelle et durable (sur le long terme)

Collaboration a des projets qui ne concernent pas directement certains participants (développement d’une amitié et d’une complicité entre acteurs)

Augmentation du pouvoir de négociation et d’écoute avec les ministères

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s