Réfléchir et agir aujourd’hui en pensant à demain

Prévenir plutôt que de guérir. Agir plutôt que de réagir.

Il y a dans ces deux citations la notion de connaître à l’avance ce qui peut se passer dans le futur et d’en tenir compte aujourd’hui afin de ne pas être trop «mal pris» demain.

Est-ce que ces citations peuvent s’appliquer au développement rural? Peut-on réellement anticiper le futur d’une société afin d’influencer les décisions d’aujourd’hui?

Dans un récent article intitulé : «Des opportunités à saisir pour les milieux ruraux» je faisais référence à des articles de Bernard Vachon parus sur Néorurale.ca, notamment : « Activités Footloose, TIC et qualité de vie : trio stratégique du renouveau rural » et « L’essor du télétravail en milieu rural » qui partageait sa lecture des tendances de demain.

Bernard Vachon invitait alors les leaders ruraux à réfléchir et agir sur leur accueil territorial au sens large (services, intégration des néoruraux, dynamisme local, etc.) afin de pouvoir attirer de nouveaux résidents issus des métiers permettant le télétravail et désireux d’une vie plus saine loin de toute pollution et du stress de la ville.

Dans le même sens, j’ai assisté en mai dernier à un atelier d’Yves Lusignan (ingénieur prospectiviste) sous le thème : «Pour un futur différent, penser et agir autrement». Dans cet atelier, Yves Lusignan mentionnait que notre système a atteint ses limites et que des changements culturels, sociaux et industriels sont déjà bien enclenchés.

Parmi les changements culturels, un nouveau profil de consommateurs se développe à grande vitesse. Depuis plusieurs années, de nouvelles valeurs prennent la place de celles des années 50 à l’origine de notre système actuel.  De plus en plus, notre société va se bâtir autour des valeurs suivantes : authenticité, apprentissage et action, idéalisme et activisme, mondialisation et écologie, sagesse féminine, ainsi que la solidarité et accomplissement de soi. Ces valeurs en rejettent d’autres : l’idéologie du «toujours plus», le matérialisme et l’avidité, le moi d’abord et les dépenses ostentatoires, les inégalités sociales flagrantes, l’incapacité à prendre soin des personnes âgées, des femmes et des enfants, ainsi que l’hédonisme et le cynisme.

Parmi les changements sociaux, l’accroissement des connaissances et la rapidité de l’information (ère du numérique, Internet très haute vitesse, etc.) sont des portes grandes ouvertes notamment pour le télétravail et le rapprochement virtuel des services (chirurgie à distance, commerces internationaux localisés en milieu rural, etc.).

Parmi les changements industriels, Yves Lusignan mentionne la naissance d’une économie circulaire (réduire, réutiliser et recycler) et non linéaire (produire et détruire) comme celle que nous connaissons encore. Cette économie circulaire permet de rendre l’économie cohérente avec l’écologie ce qui devrait favoriser le caractère spécifique des territoires ruraux sans pour autant affaiblir leur économie.

Enfin, dans son article du 30 juin 2014 intitulé : Marie-Monique Robin : « La société post-croissance a déjà commencé! », le quotidien de l’écologie Reporterre présente les changements en cours. Parmi eux, le rapport au travail et au temps :

C’est une société où la notion de travail sera différente aussi, on travaillera moins dans cette société-là. Moins de travail salarié, moins de temps de travail, 20h c’est ce que disent les experts qui travaillent là-dessus. Les vingt heures qui restent c’est du temps pour planter ses tomates si on a envie, pour réparer ses vélos, car évidemment le vélo c’est un moyen de transport d’avenir, ou échanger avec ses voisins, ou faire partie d’une banque de temps.

Ce nouveau rapport au travail et au temps ne sera que la conséquence d’une lutte inévitable contre le changement climatique qui devra se faire autour de la relocalisation de trois grands domaines : l’alimentation, l’énergie et l’argent.

Bernard Vachon, Yves Lusignan et Marie-Monique Robin nous enseignent globalement que notre système est en déséquilibre et qu’un autre système va prendre sa place. Par chance, on voit déjà à quoi il va ressembler ce qui doit permettre aux ruraux avertis de s’y préparer afin d’en saisir toutes les opportunités.

Alors, qu’elle est la meilleure façon de se préparer à ces changements?

Ne serait-ce pas de les initier plutôt que de les attendre?

Je vous laisse sur ce projet de Caravane santé jeunesse originaire de Lanaudière. Un service de santé qui se déplace d’écoles en écoles afin d’offrir des services variés (dentiste, prévention, vaccins, etc.) à des populations éloignées des grands centres.

 

 

Publicités

3 réflexions sur “Réfléchir et agir aujourd’hui en pensant à demain

  1. Je trouve cela très intéresssant. Je crois que cela démontre l’importance des actions de nos décideur d’aujourd’hui qui eux on la resposabilité de mettre les bases de départ pour que demain soit bien positioner pour le future de nos enfants.

  2. Pingback: Un complément intelligent au transport collectif et ça marche dans Portneuf! | Avenir Haut-Saint-François

  3. Pingback: Les ruraux doivent saisir leur chance! | Avenir Haut-Saint-François

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s