Refaire le monde…et pourquoi pas ?

Les citoyens de Saillans (un village rural français) étaient exaspérés de la démocratie représentative exercée par leur maire. Ils ont décidé de « refaire leur monde » en créant ensemble une véritable démocratie participative avec un vrai modèle de gouvernance.

Quelques points de repère :

Démocratie représentative : système politique dans lequel on reconnaît à une assemblée restreinte (d’élus) le droit de représenter un peuple, une nation ou une communauté. La volonté des citoyens est censée s’exprimer à travers des représentants qui incarnent la volonté générale, votent la loi et, dans un régime parlementaire, contrôlent le gouvernement (Wikipédia).

Démocratie participative : forme de partage et d’exercice du pouvoir, fondée sur le renforcement de la participation des citoyens à la prise de décision politique. On parle également de « démocratie délibérative » pour mettre l’accent sur les différents processus permettant la participation du public à l’élaboration des décisions, pendant la phase de délibération. La démocratie participative ou délibérative peut prendre plusieurs formes (Wikipédia).

Les élections municipales en France se font sur la base de listes électorales (c’est une équipe de conseillers municipaux qui se présente et non des individus). Les citoyens votent ainsi pour une équipe et non pour un individu. Lorsqu’une liste obtient une majorité de voix, ce sont les personnes au sein de cette liste qui vont élire le maire et ses adjoints au sein de leur liste majoritaire.

 =====================

Retrouvez l’histoire de ce village dans cet article d’Émilie Brouze du Nouvel Obsvervateur « À Saillans, les 1 199 habitants ont tous été élus au premier tour ».

Vous y découvrirez un modèle de gouvernance participative inclusive dans laquelle tous les citoyens sont considérés égaux et peuvent prendre part aux décisions et aux projets.

Certains éléments sont centraux à une telle démarche :

  • l’envie que ça change et croire qu’on a ensemble le pouvoir de changer les choses
  • définir le bien commun comme objectif principal (mettre de côté les vieilles chicanes et les intérêts privés)
  • élaborer ensemble un plan cohérent
  • être à l’écoute les uns des autres
  • partager des valeurs communes
  • trouver une formule de gouvernance cohérente

Bien sûr, rien n’est parfait et l’article de Laurent Telo « À Saillans, les habitants au pouvoir » (Le Monde) met en évidence les doutes et les difficultés d’opérationnaliser cette nouvelle façon de faire. Les citoyens et les élus en place sont comme un adolescent qui découvre le pouvoir, ils ne savent pas encore très bien comment l’utiliser.

De tels exemples de démocratie participative ne sont pas uniques. Depuis 30 ans, le village espagnol de Marinaleda a mis en place un véritable système socioéconomique qui peut paraître une utopie, mais qui est toujours en place. Retrouvez toute l’histoire de ce village dans cette vidéo de 30 minutes « Marinaleda, une utopie vers la paix ».

 

Tant que c’est le cœur qui nous guide, on peut accomplir des miracles.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s