Entreprendre? Ça s’apprend dès le plus jeune âge.

À l’image de notre Cité-école, plusieurs territoires souhaitent accroître la capacité de leurs citoyens à devenir actifs et impliqués dans leur région dès leur plus jeune âge. Plusieurs écoles ont ainsi rejoint le Réseau québécois des écoles entrepreneuriales et environnementales, et, dernièrement, la Mauricie a lancé un guide pédagogique : « Entreprendre sa vie en Mauricie ».

Grâce à ce guide, et dans le cadre de leurs cours du primaire, les jeunes sont d’abord amenés à lire des textes sur des entrepreneurs de la région, ensuite à écrire sur des expériences entrepreneuriales inspirantes et, finalement, à agir dans un secteur qui les stimule.

Nous le savons, le développement passe par l’action concertée et cohérente d’une pluralité d’acteurs (citoyens, élus et professionnels). Toute communauté ne se développera jamais plus que ce que tous ses acteurs souhaitent entreprendre individuellement et collectivement pour elle.

Si certains acteurs sont moins bien « outillés » que d’autres pour entreprendre, il n’en reste pas moins vrai que le goût d’agir, pour et dans son milieu, peut se développer tout comme la créativité (voir l’article précédent : « Sans créativité, pas de développement »).

Malheureusement, la plupart des individus freinent leur besoin et envie d’agir. Il suffit alors d’éliminer ces freins pour créer plus de dynamisme, de mobilisation et d’actions au sein d’une même communauté. Voici quelques-uns de ces freins :

  • ne pas se croire capable d’agir pour la communauté;
  • ne pas savoir par où commencer (comment puis-je m’impliquer dans ma communauté? Existe-t-il des comités ou des groupes ouverts à tous ayant besoin de personnes comme moi?  Etc.).
  • surestimer les leaders (seuls eux connaissent ce qu’il faut faire et c’est à eux de le faire ou de nous dire quoi faire et comment le faire);
  • être obsédé par la bonne action (peur de l’échec, peur de faire rire de soi, peur des critiques et des reproches, etc.);
  • respecter les règles de façon inconditionnelle (se limiter aux cadres établis);
  • se limiter à nos habitudes (c’est comme ça qu’on a toujours fait!);
  • etc.

Il faut ainsi créer des espaces qui libèrent ces freins le plus tôt possible, c’est ce que la Cité-école et ce guide mauricien réalisent.

N’oublions jamais que le développement territorial repose essentiellement sur la capacité des individus à entreprendre ensemble leur avenir.

Une réflexion sur “Entreprendre? Ça s’apprend dès le plus jeune âge.

  1. Encore une excellente analyse d’un sujet lourd de connotations et de préjugés. Et l’exemple de la Mauricie jumelée au dynamisme de la Cité-école pourraient les briser.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s