Faire revivre le passé pour un meilleur avenir

En pleine mondialisation et village global, les notions de « proximité » et de « village local » s’ancrent de plus en plus chez de plus en plus de citoyens autant en ville qu’à la campagne, à une échelle de quartier ou de village. Cette tendance prend même un nom : « le développement durable et solidaire des communautés« .

Une mode ?  Non, car il ne s’agit pas de bien paraître, mais plutôt de survivre.

D’ailleurs cette tendance prend souvent la forme de l’entreprise d’économie sociale, principalement représentée par la coopérative.

Si le mouvement coopératif est loin d’être jeune, il s’aventure de plus en plus vers l’écologie et le développement durable, bref, là où l’entreprise privée, axée sur les profits, y voit un chemin encore trop risqué.

De nombreux secteurs sont touchés par cette vague : énergie, santé, commerce de détail, etc.  Peu importe le secteur, on fait différemment et les citoyens s’impliquent.

Le magasin général ressuscite, lui qui avait disparu au profit de la spécialisation. On varie l’utilisation de la ressource ligneuse (arbres) plutôt que de faire uniquement des 2 par 4. L’ère de la productivité aveugle aurait-elle montré ses limites ?

Toujours est-il que cette tendance crée de l’emploi et revitalise l’économie locale, résume Louis Favreau (sociologue et professeur à l’U.Q. en Outaouais).

Mais est-ce que celà va durer ? Tout dépendra de la flambée, ou non, des prix du pétrole. Plus les prix monteront, plus la notion de « village local » se développera, prophétise Jeff Rubin.

Une réflexion sur “Faire revivre le passé pour un meilleur avenir

  1. À la lecture de l’article « Le retour du village local », je tiens à mentionner que diverses initiatives à l’échelle internationale et locales s’intéressent aux enjeux liés à la disponibilité du pétrole et aux effets des changements climatiques sur nos vies futures. Je prend pour exemple les initiatives de transition, idées développées en Angleterre (pour plus d’information, voir le Manuel de transition, de Rob Hopkins, publié chez Écosociété ou transitionculture.org).
    D’autres initiatives d’origine communautaire font le même constat que l’économiste Jeff Rubin, soit le fait que l’augmentation des prix du pétrole aura une conséquence notable sur le développement des communautés locales. Pour ma part, je considère que c’est une opportunité intéressante pour repenser nos stratégies de développement local et d’occupation du territoire au Québec. De belles stratégies peuvent être développées et l’économie sociale, visant répondre à des besoins locaux réels et ne pouvant être délocalisée dans les pays émergents, est une voie à explorer afin de maximiser les retombées du développement au Québec. Article intéressant, qui sera suivi, je l’espère, par d’autres articles du genre!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s