Le développement, c’est quoi ?

Tant qu’à faire du développement autant préciser de quoi on parle.

Le développement est un processus visant l’accroissement du bien-être d’une communauté. Ce processus est souhaité (non subi) et défini (organisé) par la communauté elle-même avec le soutien des pouvoirs publics.

On parle de plus en plus d’indices de bonheur pour mesurer le bien-être des populations. Ces indices englobent plusieurs déterminants comme la croissance économique, la conservation et la promotion de la culture, la sauvegarde de l’environnement, l’utilisation durable des ressources, une gouvernance responsable autant locale que territoriale, etc. (voir aussi l’article : « Des repères pour mieux orienter nos actions »).

Les plans de développement locaux ou supra-locaux sont alors élaborés en fonction de l’évaluation que les citoyens et leurs élus font de ces déterminants, soutenus dans cette tâche par les professionnels du développement.

En 2010, dans le Haut-Saint-François, les déterminants du bien-être (ou du bonheur collectif) choisis par les quatorze communautés étaient les suivants:

  • La croissance économique caractérisée par la création d’emplois autant par l’entrepreneur individuel que collectif (coopératives, …).
  • Le cadre de vie physique caractérisé par la Nature (sa faune et ses paysages) et le patrimoine bâti.
  • Le dynamisme local caractérisé par le sentiment d’appartenance, la fierté, l’éducation, la santé, la démographie, les réseaux sociaux, la confiance en l’avenir, la mobilisation, …
  • Les services de proximité publics (écoles, services de santé, poste, transport, accès à l’eau et aux communications modernes, …) et privés (commerces de détail, services, institutions financières, …)

Ces déterminants ont-ils changé depuis?  C’est à chaque communauté d’y répondre en faisant SA réflexion et SON analyse du chemin parcouru et de celui qu’il reste à parcourir afin d’atteindre le bien-être collectivement recherché.

Ce processus nous démontre à quel point on est loin de la définition selon laquelle le développement n’est qu’une activité économique (construction de parcs résidentiels, industriels ou commerciaux; arrivée de grandes entreprises souvent étrangères; construction d’autoroutes, d’aéroports, de barrages hydroélectriques, etc.).  Cette définition, employée dans les années ’60, mise uniquement sur l’entrepreneuriat privé ainsi que sur les grands travaux publics.  Bref, sur autant d’activités qui placent les citoyens et les élus en attente d’actions extérieures pour espérer voir leur territoire se développer.

Une telle attente entraîne deux résultats possibles :

  • le développement se concrétise, mais de façon incontrôlée (autant sur les impacts socioéconomiques et environnementaux que sur la durée) puisque ce sont les entrepreneurs privés ou le gouvernement qui mènent seuls les actions;
  • la dévitalisation s’amorce, puisque d’une part les entrepreneurs extérieurs ainsi que les pouvoirs publics ne s’intéressent pas à ce territoire, et que, d’autre part, les citoyens et les élus attendent que les actions arrivent de l’extérieur.

Heureusement, cette époque est dépassée. Il revient à présent aux citoyens et aux élus de prendre leur place dans la grande roue du développement de leur territoire en étant accompagnés et soutenus par les professionnels et les experts des différents secteurs socioéconomiques. 

Attention, il ne s’agit pas de faire sans les entrepreneurs privés ni le gouvernement, mais simplement de travailler ensemble à définir un véritable projet de territoire afin de bâtir un monde meilleur.

Si vous souhaitez approfondir ce sujet, je vous propose notamment la lecture d’une réflexion intitulée : « Une intervention différente afin d’accélérer le développement rural » publiée en juin 2013 par la Direction du centre affilié universitaire de l’Estrie. Ainsi que cet article de Jean-Paul Gendron publié dans le blogue «Échos du développement local de Cookshire-Eaton » et intitulé : « Développement local :  un peu de théorie ».

8 réflexions sur “Le développement, c’est quoi ?

  1. C’est pour cela que souvent le « développement » fait peur et que l’on pense que notre cadre de vie va changer, que des bâtiments industriels vont se multiplier et que s’en est finit de notre tranquillité…
    On peut développer quelque chose d’invisible dans le paysage comme un système d’information citoyen ou un réseau d’entraide.
    Peut-être que si tout le monde voyait le développement de cette manière, nous serions plus nombreux à souhaiter nous impliquer dans le développement de notre communauté?

  2. Pingback: Les ingrédients des communautés dynamiques « Avenir Haut-Saint-François

  3. le devloppement pour moi Noré jamesson :c’est la combinaison de tous les changements qui assure l’amelioration de la vie dans tous les domaines

  4. Pingback: Le développement c’est quoi ? (2e partie) | Avenir Haut-Saint-François

  5. Le développent, c’est le fait de progresser, c-à-d quitter son état traditionnel pour se retrouver dans un état de l’évolution.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s